SAINT-SAËNS – DANSE MACABRE

 

e8a4a83c-c72e-4c4b-74ac-dcfe83926a80 (1)

 

Violon Camille SAINT-SAËNS – Danse macabre
Introduction et rondo capriccioso
Havanaise • Air de Dalila

 

Fanny Clamagirand, Violon
Vanya Cohen, Piano

Naxos – septembre 2021

logos-stsaens1

 


Danse macabre, op. 40
Jota aragonaise, op. 64
Le Déluge, op. 45 – Prélude
Havanaise, op. 83
Introduction et rondo capriccioso, op. 28

Prière, op. 158 bis
Caprice andalou, op. 122
Air de Dalila
Caprice d’après l’Etude en forme de valse

 


Diapason  
Guillemet« Fanny Clamagirand démontre partout un enthousiasme sans débordement et une virtuosité de haut vol. L’archet est vif et précis, la sonorité richement timbrée (tirée d’un violon Matteo Goffriller de 1700), la dynamique ciselée. Saluons aussi le piano souple et élégant de sa partenaire. (…)Le périlleux Caprice d’après l’Etude en forme de valse, dû à Eugène Ysaÿe, referme avec panache, et non sans malice, cet album réjouissant. »
Classica  
Guillemet  « (…) on retrouve la précision et le raffinement poétique qui caractérisent la violoniste. (…)(…) même dans les passages les plus virtuoses, chaque note est parfaitement articulée et sonne merveilleusement. »

 

ON-mag.fr

Guillemet  « (…) une interprétation racée et sincère. (…)

Le violon intense de Fanny Clamagirand offre à toutes ces pièces des sonorités d’un vrai naturel, évitant le pathos. La suprême finesse du trait, jusqu’à des aigus filés comme immatériels, y est pour beaucoup comme la sincérité des interprétations.»

 

Classicagenda

Guillemet  « La violoniste Fanny Clamagirand et sa complice, la pianiste Vanya Cohen, osent un enregistrement atypique d’œuvres de Camille Saint-Saëns. (…)

Le duo, en symbiose, et que l’on sent parfaitement à l’aise dans ce répertoire si exigeant, signe un troisième volume Saint-Saëns à la hauteur du défi que constituaient ces nouvelles mises en lumière. »

 

Crescendo Magazine 

Guillemet  « (…) une violoniste de très grand talent. Sa palette de sonorité, notamment, faisait grande impression. (…) Cela est encore plus éclatant avec ce dernier album, où Fanny Clamagirand fait preuve d’une variété de couleurs, de dynamiques, d’intensités, de vibratos, digne de ceux qui ont une maîtrise supérieure de leur instrument, pour en avoir assimilé toutes les techniques possibles, et être capable d’en combiner les paramètres avec autant de maîtrise que d’imagination. 

(…) Elle n’a pas peur de faire peur, et sa Danse macabre impressionne. 

(…)Elle fait preuve dans toutes ces pièces d’un chic, d’une ardeur, d’une flamboyance… (…)

Fanny Clamagirand semble se jouer littéralement de toutes les difficultés de la Havanaise, les transformant en jeu avec une certaine jubilation. Sa liberté rythmique, sans pour autant perdre la pulsation, est irrésistible.

Elle nous épargne les effets faciles habituels de l’Introduction et Rondo capriccioso dans lequel elle trouve des accents et du mordant qui nous éloigne de l’écueil de la virtuosité un peu vaine auquel nous sommes parfois confrontés. À cet égard, la fin (la fameuse dernière page redoutée de tous les apprentis violonistes) n’est pas prise à un tempo d’enfer (…), mais la lisibilité et la clarté y sont exemplaires ; c’est bien plus difficile… et bien plus brillant ! »

 

Musikzen

Guillemet  « (…) Humeurs variées et chaudes sonorités, Fanny Clamagirand est la femme de la situation, comme dans les Sonates (vol. n°1 et 2) en plein accord avec l’excellente Vanya Cohen.»

 


Retour Retour